jeudi 15 janvier 2009

J'écris ton nom

"Sur mes cahiers d'écolier




Sur mon pupitre et les arbres




Sur le sable sur la neige




J'écris ton nom




Sur toutes les pages lues




Sur toutes les pages blanches




Pierre sang papier ou cendre




J'écris ton nom "


"Liberté" de Paul Eluard dans" Poésies et vérités"









Ces quelques vers me sont restés dans un tiroir de ma mémoire, me rappelant ces fameuses récitations du primaire. Ces vers me sont restés et je me rappelle a quel point la musicalité de ce poème et son sens m' avaient touchés, moi du haut de mes 8 ans.










Liberté. Liberté.





Liberté.





Voici ce que crie mon coeur en ce moment et à chaque fois, ce tiroir de ma mémoire s' ouvre pour lui faire écho.










Et cet appel: Liberté!










Il gronde dans mon coeur,comme il gronde dans ma vie*. Un vent de révolution. Il faut que je fasse quelque chose, il faut que cela cesse. N'avez vous jamais ressenti cette colère en vous, cette envie de crier sans pouvoir sortir un son, cette pesanteur dans la poitrine qui vous étouffe un peu à chaque inspiration? voila ce que je ressens. Liberté! Liberté! L' actualité internationale , ou cinématographique n' y est pour rien, je vous assure. il y a certains combats qui se mènent à une autre échelle et ne font pas les unes de journaux. Et Dieu sait que ces combats sont difficiles et ne jamais en avoir mené nous permet de garder cette candeur cette impression que nous ne sommes qu' une et seule personne. Un "Je" sûr de "Soi".





Une partie de moi, ne veut plus vivre comme avant. Une partie de moi veut guérir. Les années passent et je ne veux pas me retrouver au crépuscule de ma vie pleine de regrets, de soupirs et que la chanson de J-J Goldman " A nos actes manqués" me qualifie plus qu'autre chose. Hé oui il n' y pas encore de bouton "RWD"pour le film de nos vies! alors chaque jour de passé est un jour qui ne reviendra plus.





Et Elle qui me suis tous le jours, me narguant tous les soirs, quand une fois ma tête sur l' oreiller, elle me murmure tout ce qu' Elle avait fait. Et que je n'avais pas fait. Et Elle avait une fois encore gagné. Procrastination, je crie ton nom!





j'ai mis du temps avant de trouver son nom, je pensais a tort qu'Elle était une soeur de Paresse et Fatigue. Insidieusement, Elle s'est installée dans ma vie. et je n'ai pas vraiment protesté. Pourquoi faire? Au fil du temps elle a pris de la place, beaucoup trop de place. Ça a commencé par les devoirs fait un peu trop a la hâte pour continuer par les inscriptions faites systématiquement le derniers jour, en passant par les démarches administratives toujours "faites à l' arrache" et les courses au supermarché à 21h38 alors que les portes ferment à 22heures. Ma vie est un chouia complicada mais ce n'est pas une raison pour en rajouter délibérément. En fait je me suis rendue compte que la montée d' adrénaline durant ces moments, me plaisait et comme toute toxico je pensais que je pouvais arrêter quand je le voudrais " yaka!"disais-je! pfffffffff! tu parles! Procrastinatrice. Je suis une procastinatrice et je ne peux plus continuer comme ça. Il faut que je me libère! Mais nos combats intérieurs sont toujours cataclysmiques: un monde qui s' effondre au moment ou un autre émerge. Mais c'est maintenant ou jamais pour moi. Au fond de moi je le sais. Il est temps. Je n'ai pas espoir, j' ai la Foi car c'est bien ce dont j'ai besoin! j' ai la Foi en moi et j' y crois.
Tout ne changera pas du jour au lendemain, mais déjà avoir écrit cette note, alors qu'elle me murmurait d' attendre demain , d' attendre une inspiration, d' attendre encore... et j'ai resisté: je l'ai écrite! Procrastination, j'ecris, je crie ton nom comme pour m'exorciser de toi, me liberer de toi. Liberté! Liberté! Libération.





Ce soir elle n' a pas totalement perdu. Et je n'ai pas vraiment gagné. Je l'ai écrite cette note. Cette fichue note sur mes fameuses résolutions pour la nouvelle année. 15 jours après. Toujours un temps de retard. mais c'est déjà ça non?






"même un chemin de mille lieues commence toujours par un premier pas"






Voici le mien. Enfin un des miens car des combats , je n' en n'ai pas qu' un.










PS: Bonne et heureuse Année 2009! Puisse t elle ne pas nous faire regretter 2008! ( je sais c'est un peu tard pour les voeux mais... en expliquant tout ceci ne suis pas excusée?)









* allusion à un autre poème que j'aime particulièrement d' un autre Paul, et qui me rappelle tant ma période spleen de mon adolescence.... "Il pleure dans mon coeur" Paul VERLAINE (Recueil : Romances sans paroles)

1 commentaire:

Samy amateur a dit…

Procrastination, c'est la substance même de la liberté :-)

ps : si, si :-))

pps : Et dans procrastiner, il y a PRO !